MYTHES ET RECITS COSMOGONIQUES

A chaque peuple sa mythologie... cela reste vrai pour ce qui est des mythes sur la création

d'Heimdalir.  J'en présenterai trois sur cette page :

 

  • le mythe leryen : la Génèse d'Heimdalir suivant le Leryaesen, le Livre sacré de la religion leryenne. Ce mythe concerne exclusivement les Algardiens, héritiers de la culture leryenne.  En ce qui concerne les Vampires, bien qu'originellement de culture leryenne, ils sont de religion daatiste. L'un des principes est que l'Univers y est rationnellement créé et jamais la religion ne contredit pas la science puisque Daat est toute Science.

 

  •  le mythe elfique : une plongée au cœur du Narendil, les parchemins sacrés elfiques, vous fera découvrir la cosmogonie vue par une autre culture, celle des Elfes plusieurs fois millénaire.

 

  • le mythe nordique : cette fois les contes et les poèmes nains et syréliens vous permettront de découvrir les mythologies de ces peuples du Nord.

 

MYTHE LERYEN

Leryaesen Livre Premier

 

Feuillet I 


«Au commencement, la déesse-mère Lerya s'éveilla et vit que tout autour d'elle n'était que néant. Elle nomma alors l'Univers Vierge et le Néant devint le Tout.  Puis Lerya engendra le Temps, Kreilos. Lui fut confié le sablier divin et le cours de chaque chose fut fixé. La déesse enveloppa ensuite l'Univers de son souffle et l'emplit de son anima et de son mana. Puis de son sein naquirent ses enfants. Frelya fut la première des enfants de Lerya, qui mit en elle une grande chaleur pour combattre le froid du Néant. Alors Frelya fut ardente et coléreuse, chaleureuse et aimante. Alya fut la seconde et naquit d'un caractère aussi calme et posé que les étendues d'eau infinie qui recouvraient son corps souple et ondulant. Sa voix était si douce que sa grande soeur Frelya en était apaisée. Lanas fut le troisième, lui le jumeau d'Alya. Il était insouciant, frivole, inconstant et léger et son corps éthéré voyageait dans toutes les directions, commandant aux vents de l'infini.  Abenis fut la quatrième. Parée de vert et de brun, elle était agréable à regarder, douce et rassurante.  Puis Haruz naquit et Lerya mit en lui la force, la virilité et la bravoure. Paré d'acier noir et de pierre grise, il était dur et implacable. Enfin, Herils fut le dernier à être engendré. Lerya mit en lui la vivacité, l'énergie et le dynamisme qui anime toute chose. Trois jours s'étaient écoulés.

 

Feuillet II

 

Vint alors le temps où les enfants de Lerya se querellèrent. Ils n'étaient âgés que de cent jours mais chacun était une nuisance pour l'autre et le chaos revint dans l'Univers, au gré des fureurs des jeunes dieux. Alors Lerya, sentant la détresse de ses fils et de ses filles, demanda à Frelya de s'étendre en une gigantesque mer de feu. Et Frelya fit comme le voulut sa mère. Alors les autres comprirent. Haruz s'étendit lui aussi, recouvrant le feu de sa soeur d'une couverture de pierre qui la préserverait du souffle de Lanas et des vagues d'Alya. De son dos sortirent de hautes et fières montagnes et de ses yeux coulèrent de précieuses gemmes. Puis Abenis se joignit à son frère, en le recouvrant d'une terre fertile. Alors, Alya, la maîtresse des eaux, enfin séparée de sa soeur ardente, retrouva le sourire et sillonna le continent dans toutes les directions, abreuvant la terre de rivières et de fleuves et s'étendant en un immense océan.  Lanas l'insouciant, voyant le spectacle, s'éleva de joie. Il enveloppa la Terre nouvellement créée dans son sein, la caressant de la douceur de son vent et abreuvant de ses pluies les ruisseaux de sa soeur. Herils, ne voulant pas rester seul, se joignit à eux et insuffla toute son énergie, déplaçant l'eau, animant le feu, déchaînant la foudre. Cent jours passèrent ainsi et les enfants de Lerya nommèrent leur création Gara. 

 

Feuillet III

 

La déesse-mère vint alors voir ce qu'ils avaient créé et fut heureuse de les voir enfin s'entendre. Elle engendra alors Odim et Selya. Odim était paré d'or et son sang était de lumière. Son coeur était chaud et lumineux et irradiait l'Univers du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest.  Selya était sombre et froide. Partout où elle allait, elle obscurcissait l'Univers et elle en pleurait. Alors sa mère Lerya vint la réconforter et mit sa main sur son coeur qui était doux et pur. Elle ordonna à Odim de pointer sa chaude lumière sur le visage de sa soeur. Alors l'ombre se dissipa et Selya fut resplendissante. Parée d'argent, sa splendide blancheur rayonna dans le Monde. Puis, Odim et Selya s'unirent et engendrèrent les astres et les étoiles. 

 

Feuillet IV

 

Un jour, Lanas alla voir Odim et lui demanda s'il pouvait éclairer Gara et en réchauffer la surface. Odim fut si heureux d'être utile à ses frères qu'il brilla très fort, donnant toute la lumière qu'il pouvait. Mais il ne fit que brûler Abenis et déssécher Ayla qui s'en plaignirent à Lanas. Le dieu du Ciel demanda alors conseil à son frère Herils. Il était le plus intelligent d'entre tous et il demanda à Odim de parcourir Gara d'Est en Ouest. Mais quand le Soleil eut fini, et qu'il redescendait sous l'horizon rejoindre Lerya, les ténèbres vinrent envahir Gara. Mais dans ce manteau de nuit, flottait le visage d'argent de sa soeur Selya, ainsi que l'éclat bienveillant de ses enfants les Astres et les Etoiles. Depuis, Odim et Selya se succédaient-ils inlassablement au-dessus de Gara, faisant alterner le Jour et la Nuit. Cent jours étaient encore écoulés.

Feuillet V

 

Voyant avec satisfaction qu'elle était devenue accueillante, belle et luxuriante, Lerya descendit alors sur Gara. Elle marcha sur les bandes de terre fertiles d'Abenis, plongea dans les mers d'Alya et s'énvola dans les nuages de Lanas. De son Verbe Créateur, partout la vie s'éveillait. Abenis se couvrit d'herbe, de plantes et d'arbres verdoyants ainsi que de fleurs aux mille senteurs. Ayla accueillit poissons et créatures marines et Lanas devint le royaume des oiseaux et bêtes volantes. Elle partit alors et confia ses créatures à ses enfants. Mais le lendemain, les jeunes dieux virent disparaître une à une les êtres que Lerya avait créé. Ils commencèrent à se lamenter et à pleurer. Ils prirent peur et craignirent la colère de Lerya.  Herils alla voir sa mère mais Kreilos, son frère aîné, lui barra le passage.  Elle enfante, dit-il. Effectivement naquirent ce jour là Dikelya et Shelran. Dikelya n'avait pas de couleurs, et son visage cristallin et placide n'exprimait aucune émotion. Cependant ses yeux étaient ceux d'une déesse à la sagesse infinie et Lerya lui confia la Balance Divine.  Son frère Shelran, drapé dans sa cape de désespoir, portait un masque noir et son visage était celui d'un dieu à la tristesse infinie. Lerya lui confia les Enfers. 

 

Feuillet VI

 

Finalement Herils put passer et conta tout à la déesse-mère.  Lerya sourit et lui demanda d'aller voir Shelran.  Le maître de la Foudre et du Mouvement partit voir son nouveau frère et fondit en larmes. Pourquoi la vie doit-elle périr ? Pourquoi tout meurt-il ? Shelran répondit : toutes les créatures périssent car c'est l'ordre des choses. Lorsque notre mère m'a fait naître, elle m'a assignée cette lourde tâche d'ôter la vie et de recueillir les âmes. Comme Lanas qui restitue à Ayla l'eau qu'il lui vole chaque jour, je restitue à Lerya les âmes qu'elle a fait descendre sur Gara. Herils demanda alors si sa mère viendrait encore créer de nouveaux êtres pour repeupler la terre. Dikelya intervint alors et expliqua de sa voix éthérée :  Mère m'a chargée de maintenir l'ordre sur Gara, je dois donc veiller à l'équilibre entre la vie et la mort.  Chaque fois que mon frère s'empare d'une âme, j'en insuffle une en échange. Mais ce n'est pas suffisant car il faut créer un nouveau corps qui pourra accueillir cette nouvelle âme. La sage Dikelya descendit alors sur Gara et alla voir Frelya, Abenis et Haruz. Elle demanda à la première de partager son Amour, à la seconde de partager sa Fécondité et au troisième de partager sa Virilité. Les créatures devinrent alors capables de procréer et de se multiplier. De l'union d'un mâle et d'une femelle naissait un nouvel être que Dikelya faisait alors vivre.

 

Feuillet VII

 

Alors Lerya vit que tout était bien et que sa volonté s'était réalisée. Elle avait créé l'Univers, la Terre et l'avait peuplée de créatures de toutes sortes. Mais vint un jour où elle rêva que ses créatures lui parlaient et la louaient, elle et ses enfants. Elle trouva cela si beau qu'elle créa de nouveaux esprits afin qu'ils puissent converser avec elle et apprendre sa Science et sa Magie. De la terre, elle fit les Hommes et les Nains. Des arbres et des fleurs elle fit les Elfes, les Lutins et les Fées.  De la pierre elle fit les Géants et les Centaures. Du feu elle fit les Gobelins. De l'eau elle fit les Sirènes. De l'Air, elle fit les Harpies et de la Foudre, elle fit les Sammites. De la lumière, elle fit les Dragons et de la nuit elle fit les Vampires. Lerya termina ainsi son chef d'œuvre. Les êtres, doués de pensée et de parole, se tournèrent alors vers elle, l'adorant pour la remercier de ses bienfaits, en échange de leur statut d'élu auprès de la Créatrice. Lerya baptisa alors Gara, Hemedalihr, qui signifie dans sa langue l'Astre des Êtres.

 

Feuillet VIII

 

Cent jours après, alors que les peuples s'épanouissaient paisiblement sur Hemedalihr, Shelran alla voir sa mère et lui demanda ce qu'il y avait dans les Enfers. La déesse répondit : Comme la Vie est équilibrée par la Mort, le Bien doit être équilibré par le Mal. Et elle ôta le voile qu'elle avait mis sur les Enfers. Shelran put alors voir ce qu'il renfermait. Des masses grouillantes et terrifiantes de créatures difformes et emplies de haine. Lerya les avait nommés Démons, et ils représentaient toute les noirceurs et toutes les perversions imaginables. Parmi eux, il y en avait un qui se nommait Kaynoth, le Mensonge, et qui était plus rusé que les autres.  Un jour, il interpella le gardien des Enfers et lui demanda s'il voulait bien le laisser sortir une journée. Il voulait contempler sa mère Lerya qu'il n'avait jamais pu admirer. Une fois qu'il l'aurait vue, il retournerait dans les Enfers, avait juré Kaynoth. Lerya lui avait formellement défendu d'en faire sortir un mais Shelran ressentit de la compassion pour le Démon, qui était condamné à une éternelle solitude. Kaynoth sortit alors mais ne revint jamais. Il avait avalé plusieurs de ses frères et lorsqu'il parvint en Gara, ils se dispersèrent. Le Mal mit pour la première fois pied sur notre terre. Les âmes avaient cessé d'être pures et devinrent corrompues. Meurtri de son erreur, Shelran s'enferma lui-même dans les Enfers et y demeura à jamais. Dikelya la garante de l'Ordre descendit alors sur Hemedalihr. Elle dit : Certes, le Bien n'est plus séparé du Mal et ils sont maintenant tous deux intimement mélangés dans l'Univers ! C'est pourquoi je jugerai moi-même les âmes que mon frère Shelran recueillera. Si le Bien est lourd dans la Balance, alors cette âme rejoindra le Jardin de Lerya où elle y demeurera éternellement. En revanche, si c'est le Mal qui pèse le plus lourd, l'âme sera enchaînée par Shelran et conduite dans les Enfers où elle y demeurera éternellement. Ainsi est la Juste Rétribution. 

 

 

 

 


mythe elfique

Narendil

 

Premier manuscrit

 

Les dieux créèrent l'Univers à partir de l'éther originel qui baignait immuablement la sphère du monde.  Parmi eux il y avait Erdana, la déesse  de l'Air et de l'Eau, Alathil, le dieu de la Forêt et de la Nature, Solendir, le dieu de la Chasse, Nileane la déesse des Arts et de l'Amour, Tamariel le Dieu de la Sagesse et de la Science, Eresir Dieu du Brouillard et des Illusions,  Enoril Dieu du Temps et Edanel Dieu de la Colère et de la Guerre. Tous unirent leurs efforts pour façonner un monde parfait. Ils aplanirent la terre sous le ciel, la recouvrirent de forêts luxuriantes et l'entourèrent d'un océan.  Au centre du monde ils établirent Helfasidrel l'Arbre-Coeur dans lesquels ils s'y installèrent et d'où ils admirèrent leur création. Enfin, ils envoyèrent Ilanel le Dieu-Elfe pour qu'il y crée la vie.

 

 

Second manuscrit 

 

Ilanel demanda alors à ses filles les Nelyanes d'insuffler leurs propres âmes dans la grande forêt, de la moindre

fleur aux chênes vigoureux. Puis il demanda à ses fils les Kildar d'insuffler leurs âmes dans les cieux, les mers et sur la terre, pour éveiller les animaux. Enfin il dispersa les Nenfa, les nymphes qui étaient à son service pour veiller sur l'équilibre et les éléments de ce monde.  Il engendra alors des Elfes Jumeaux, Ilya et Anel, la Mère et le Père des Elfes. Ils s'unirent à leur tour pour créer la noble race elfique des Ilandir. Quant aux Nenfa, elles fécondèrent les fleurs et engendrèrent toutes les races de Fées.

 

Troisième manuscrit

 

Par la suite Edanel fut jaloux du fait qu'Ilanel eût le privilège de créer la vie et d'engendrer les Elfes, nobles guerriers immortels. Il décida alors de créer ses propres créatures, les Hommes. Mais il s'y prit mal, puisqu'ils furent créés laids , violents et vagabonds. De par leur nature fière, les Elfes sacrés ne purent éviter un affrontement, et une guerre terrible ravagea l'équilibre du Monde. Alors les Dieux punirent les fautifs en ôtant l'immortalité aux Ilandir et en maudissant les Hommes à jamais. Enfin, les dieux laissèrent les Elfes et les Hommes gérer seuls leur existence, mais voués à respecter l'équilibre du monde, sous peine d'être exterminés et remplacés par d'autres Elfes qu'Ilanel créerait. 

 

Quatrième manuscrit

 

 

Mille ans après que les Elfes se fussent établis et cohabitèrent avec les Hommes, une tragédie ébranla le Monde : les Démons envahirent le Royaume Elfique et assujettirent une partie des Elfes. Ces malheureux furent appelés les Nujin, les Possédés, et se mirent à obéir aux ordres de leurs maîtres en ravageant le Royaume. Le monde à nouveau en péril, les Dieux intervinrent en chassant les Démons et en les enfermant dans le Nasad. Les Elfes souillés resteront Noirs à jamais et porteront les vices et les malheurs de leur ancienne vie de Nujin. Les Elfes qui ont combattu aux côtés des Dieux furent honorés, et devinrent les Grands. 

 


MYTHE NORDIQUE


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    bedal (jeudi, 08 juin 2017 18:58)

    Les commentaires sont les bienvenus ! :D